Lors d’un « voyage  escalade », l’arrivée à Wadi Run reste gravé en mémoire.

L’apparition de faces enchanteresses d’un bord à l’autre de la vallée, promesse d’ascensions à la hauteur de nos rêves, fait taire les plus blasés d’entre nous. Posés comme par miracle sur le sable du désert, les massives parois de grès jouent sur le grimpeur comme les pôles d’un aimant.

 


Cliquez pour une vidéo

GRES, le mot est lâché, synonyme ici d’adhérence exceptionnelle. Quant à la solidité, une certaine expérience du terrain permettra d’en apprécier pleinement les subtilités. La roche est « évolutive », elle passera du château de sable (roche claire en général) à des murs très compacts (teintes plus sombres). Chaque face jouant comme un appel à la grimpe, il conviendra donc de séparer le bon grain de l’ivraie.
 

L’habitué des spots européens sera au début quelque peu dérouté. Point de voies aseptisées, peu d’équipement à demeure, le terrain d’aventure prend ici tout son sens !

 

 

Improvisation de chaque instant, le grimpeur doit ici laisser aller son imagination. Utilisation quasi exclusive de moyens de protection naturels : coinceurs, friends, sangles ; la progression se veut propre, autonome…

 

         
 

Passés les premiers émois, chacun se délectera d’une escalade totale, unique en son genre. Des voies de 100 à 500 mètres, le long de systèmes de fissure, à travers des murs de taffonis, sur un relief toujours changeant, extravagant, étonnant de variété.

Des marches d’approches réduites à néant grâce à l’utilisation de 4x4 ; chaque voie sera ponctuée de bivouacs dans le désert, détente bienvenue après les longues heures d’escalade.

Un niveau minimum de 5 en second sera nécessaire afin de pleinement profiter des lieux.